Poulets de chair et ammoniac

L’ammoniac est un problème grave pour les élevages, en particulier pour les élevages de volailles. Le “smell test” (test d’odeur) s’est avéré inutile : lorsqu’une odeur d’ammoniac est détectée, les dommages sont déjà causés.

Selon un étude de l’Université du Mississippi, déjà en présence de 25 ppm d’ammoniac il y a une augmentation de la sécrétion de mucus dans les voies aériennes des animaux et les cils qui tapissent les parois des poumons et des bronches ne sont plus en mesure de protéger les voies respiratoires. Cela donne le feu vert aux agents pathogènes qui colonisent les animaux, se développent et causent des maladies.

Mais ce n’est pas seulement une question d’infections, car les poulets de chair inhalant de l’ammoniac croissent plus lentement.

Dans un étude réalisée en 2004, l’USDA-ARS Poultry Research Unit (Mississipi, USA) a montré que dans une exploitation de 50000 volailles, une exposition prolongée à 25 ppm d’ammoniac entraîne une perte de 26 grammes par tête (soit 1300 kg de moins par cycle de production), tandis qu’une exposition prolongée à 50 ppm de ce gaz entraîne une perte de 243 grammes par animal (12150 kg de moins par cycle de production).

La solution à ce problème de longue date peut être la ventilation des pièces, mais étant donné que l’aération est coûteuse (les ventilateurs industriels consomment plus de 1 kW chacun), pour obtenir une efficacité maximale, la ventilation doit être parfaitement optimisée.

Contactez-nous pour savoir comment nous pouvons vous aider.

%d blogueurs aiment cette page :