Cinq Libertés

Rendues « officielles » par le Farm Animal Welfare Council (FAWC) en 1979, les Cinq Libertés des Animaux d’Élevage remontent à 1965 :

  1. L’animal ne souffre ni de soif, ni de faim, ni de malnutrition ; il a accès à de l’eau potable et a un régime alimentaire en accord avec ses besoins ;
  2. L’animal ne souffre d’aucun stress physique ou thermique ; il jouit d’un environnement adapté. Il a accès à une zone de repos confortable et dispose d’un refuge en cas d’intempéries ; 
  3. L’animal ne souffre d’aucune douleur, lésion ou maladie, et ce grâce à une prévention adéquate et/ou un diagnostic et des soins rapides ;
  4. L’animal est capable de réaliser la plupart de ses patrons normaux de comportements, car il dispose de l’espace nécessaire ainsi que d’installations adéquates, et qu’il vit avec d’autres individus de son espèce ;
  5. L’animal ne connaît ni peur ni « distress », les conditions nécessaires pour éviter la souffrance mentale étant garanties.

Aujourd’hui, elles sont plus pertinentes que jamais.

Les Cinq Libertés fondamentales mettent en évidence un concept plus large de bien-être animal : un concept qui inclut le bien-être psychologique des animaux en plus de leur bien-être physique, confirmant ainsi la sensibilité accrue de la société au problème.

Il est vrai qu’aujourd’hui, les consommateurs s’intéressent au bien-être des animaux parce qu’ils sont de plus en plus attentifs à ce qu’ils mangent. Néanmoins, il est très important de se rappeler que les animaux qui grandissent dans un environnement surveillé sont moins sujets aux maladies, grandissent plus rapidement et donnent un produit final de meilleure qualité. Autant d’atouts pour les agriculteurs qui cherchent à optimiser leur production.

Contrôlez votre étable

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :